Une invitation au débat

Je te dirai en conscience
comment se fait notre pensée,
comment naissent les racines des conversations,
comment les mots volent d’un interlocuteur à l’autre.
Pour cela il faut rester un certain temps sans rien dire
en essayant de saisir ne serait-ce qu’une petite étoile,
pour qu’il y ait, pour ainsi dire, de quoi se dérouiller le cou,
le tourner vers des amis charmants ou des interlocuteurs inconnus.

Danill Charms, traduit et cité par André Markowicz, Partages II

Notre attention

Les habitudes d’inattention et de légèreté contribuent à engendrer une multitude de vices. C’est à elles qu’il faut rapporter même en grande partie la dureté apparente du coeur, les passions personnelles et anti-sociales. Si, plus maîtres de notre attention, nous savions l’arrêter sur les maux d’autrui, combien nous frémirions à la seule idée d’en être les causes !

Maine du Biran, cité par C.Carraud in Conférence n°42, p.10-11

La fraternité

Dans ma vie, je me suis battu pour une égalité, pour une liberté, mais la fraternité ne peut se conquérir. C’est un don, elle vient à l’improviste (…). Elle existe, elle a existé, je l’ai goûtée.

Erri De Luca, Le plus et le moins, p.133

Bel hommage à cette fraternité, si souvent oubliée, laissée pour compte, comme si de facto, elle allait suivre la marche de la liberté et de l’égalité, et qu’il ne fallait donc pas s’en occuper. Dans notre monde en lutte(s), si la fraternité est donnée, je considère qu’elle est première. Liberté et égalité naissent d’elle, elles sont ses filles. Et jamais l’inverse, comme on le pense trop souvent. Toute notre attention, toutes nos forces, tout notre soin iront donc à la fraternité. Aujourd’hui – en 2016 – nous en sommes, hélas, si loin !

L’autre fraternité

Où trouver la fraternité ? Ni dans les partis politiques, ni dans les grandes réunions où l’avenir est voilé par la fumée des cigarettes. Et si la fraternité était ailleurs ? Si on la cherchait dans la réalité qui existe en nous, sans nom, divine, couverte d’une épaisse couche de lieux communs comme des rosiers enveloppés dans la paille pour l’hiver ? Ce qu’il nous faut, ce sont des expéditions, des découvertes, des accords qui – grâce à l’œuvre d’art – ne durent pas plus d’une demi-seconde, comme l’éclair de magnésium dans l’atelier d’un photographe de province. Une fraternité d’une demi-seconde ? Oui, tel est le programme minimum que je vous propose, Mesdames, Messieurs. Il fait naître l’espoir qu’une fraternité limitée dans le temps n’entraînera pas à sa suite une ère de terreur qui durera des années entières. (…).

Adam Zagajewski, dans un petit ouvrage admirable (Solidarité, solitude, 1986).